Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

Enjeux et perspectives du marché des logiciels au Kenya et au Cameroun

Le Kenya et le Cameroun sont deux pays pro-business pour développer vos courants d’affaires sur le secteur des logiciels.
  • #MARCHES
  • logiciels Kenya - cameroun
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Imprimez
    Jeudi 5 mai 2022

    A la découverte de la Silicon Savannah – Au Kenya


    Kenya

    Parfois surnommée «Silicon Savannah», la scène technologique dynamique du Kenya est le siège d’un écosystème de startups innovantes et de nombreux incubateurs, et attire de plus en plus d’entreprises internationales, qui cherchent à profiter du potentiel du secteur informatique kenyan.

     

    Au Kenya, le secteur des logiciels repose sur une main d’œuvre qualifiée de développeurs, codeurs et ingénieurs réseaux.

     

    La formation universitaire et les compétences locales sont reconnues sur l’ensemble du continent. En revanche, on retrouve essentiellement des profils d’exécution plutôt que de conception.

     

    Le secteur des TIC est essentiellement porté par le secteur privé. Le gouvernement a su mettre en place rapidement un cadre règlementaire favorable aux initiatives privées et à l’innovation.

     

    Le Kenya dispose ainsi d’infrastructures numériques de qualité (4G, réseau fibre optique importante, 3ème meilleure vitesse moyenne de connexion Internet du continent…) permettant l’appropriation et l’utilisation des dernières technologies disponibles : blockchain, big data, IA… pour proposer des solutions aux enjeux locaux (sécurité alimentaire, inclusion financière, …).

     

    L’intérêt pour l’innovation dans la région est croissant et cela n’a pas échappé aux multinationales du numérique (Google, Facebook, IBM, Microsoft etc.).

    Certaines d’entre elles sont installées au Kenya (siège régional ou continental) pour se développer : ainsi IBM Research a ouvert sa première implantation sur le continent à Nairobi.

     

    De son côté, le groupe sud africain MTN a ouvert un data center de 13 M USD à Nairobi en partenariat avec Microsoft. MTN a rejoint ainsi Liquid Telecom Africa et un consortium d’investisseurs locaux qui opèrent des data centers au Kenya.

     

    Il existe un certain nombre de groupes kenyans, spécialisés dans l’édition de logiciels qui ont su se développer à l’international : TechnoBrain, Cellulant, Seven Seas Technologies… D’autres start-up et PME kenyanes sont spécialisées dans le big data : mSurvey, Data Fintech, Data Science Limited, Geopoll, Asoko Insight, Nakala Analytics, Bridge Analytics – entreprise locale d’informatique décisionnelle…

     

    Alors que la pandémie du COVID-19 a accéléré nos besoins en solutions digitales, l’essor des technologies kenyane devrait perdurer ses prochaines années : l’économie digitale kenyane devrait ainsi générer 12 Mds USD en 2025, selon le cabinet de conseil Accenture (rapport Africa iGDP).

    START UP

     

    A la découverte de la Tech Camerounaise

     

    Au Cameroun, la transformation numérique est au cœur des enjeux du Plan Emergence 2035.

    Le gouvernement ambitionne le développement d’une industrie numérique locale et le développement d’applications « made in Cameroon ». L’écosystème start up est très dynamique et bénéficie du soutien étatique. En ce sens, a été inauguré en février dernier le Cameron Digital Innovation Center (CDIC), un incubateur national afin de soutenir le développement de l’écosystème entreprenariat numérique local, et d’accélérer la transformation digitale.

     

    L’association « KMER-TECH » qu’en a elle structure et de fédère plus de 40 incubateurs et accélérateurs privés avec le soutien de l’Union Européenne.

     

    Les opérateurs de télécommunication sont des acteurs incontournables de cette impulsion, ils couvrent 65% du territoire en réseau 3G/4G en 2020 (100% à Yaoundé et Douala) et deviennent des acteurs de la transformation digitale avec l’intégration de services à valeur ajoutée (solution professionnelle, Cloud, SAAS).

     

    En termes d’infrastructure, le pays compte 6 Datacenters (Orange, MTN, Camtel, Campost, ST Digital, CDIC) et 25 000 km de réseau de fibre optique.

     

    Le marché de la transformation digitale était estimé à environ 2,9 Mds € et représentait 6% du PIB en 2019. Avec la digitalisation des entreprises, plus de 40% du budget des administrations et des entreprises de services est consacré aux solutions informatiques.


     

    Tendances, impact de la Covid-19 & évolutions

     

    En 2020, la crise sanitaire a encore accentué l’intérêt pour les solutions numérique et a donné un coup d’accélérateur aux programmes de transformation digitale que ce soit pour des applications d’entreprises, de service public ou grand public.

     

    En 2021, le ministère des Postes et des Télécommunication a signé un accord avec la Digital Transformation Alliance.

     

    On estime le marché des logiciels d’entreprise à 35M€ en 2021 au Cameroun. Le marché devrait croître de 10,05 % par an jusqu’en 2025 pour atteindre environ 51 M€.

     

    Les besoins couverts par le marché sont : Les progiciels Enterprise Resource Planning (ERP), Customer Relationship Management (CRM), Business Intelligence (BI) et Supply Chain Management (SCM).

     

    La distribution de logiciels au Cameroun regroupe 4 types d’acteurs : Les distributeurs agréés et locaux des acteurs disposant d’un agrément avec un important éditeur de logiciels (SAP, Oracle et SAGE, Microsoft, IBM) tels que Appstech Cameroon. Les cabinets d’ingénierie et intégrateurs de solutions, ITG Store ou ST Digital. Les éditeurs locaux, tels que Local Host Digital ou Interface S.A proposant notamment des ERP et CRM. Ainsi que les petites entreprises et consultants sur le marché local.

     

    On recense des marchés d’intérêts autour de la sécurité informatique, des solutions de Business Intelligence et le développement d’applications métiers, d’infrastructures de réseaux informatiques et télécoms, solutions cloud et de dématérialisation.

     

    Les besoins sont importants pour les entreprises camerounaises (gestion Editoriale des Documents, maintenance & sécurité, solutions d’analyse et d’extraction des données, gestion des ressources humaines, applications mobiles, CRM, web design thinking) et sont autant d’opportunités pour les entreprises françaises.

     

    Le Kenya et le Cameroun sont deux pays d’Afrique subsaharienne aux opportunités d’affaires croissantes pour la tech.

     

    Ne manquez pas de les saisir à l’occasion du French Tech Tour Africa. Le French Tech Tour Africa, c’est la solution pour lancer ou booster votre activité sur deux pays d’Afrique : au Kenya, hub technologique d’Afrique de l’Est et au Cameroun, locomotive économique d’Afrique centrale. Au programme : bootcamp & coaching multiculturel digital, partage d’expériences, rencontre avec les écosystèmes tech locaux, networking et rdv B2B ciblés. La meilleure formule pour comprendre les enjeux technologiques locaux, évaluer votre potentiel et démarrer votre prospection sur ces marchés. Cette mission collective est éligible au chèque relance export.

     

    Pour en savoir plus et vous inscrire, RDV ici : https://bit.ly/Plaquette-FTT-Africa-2022